technique macro

La photo macro c'est facile....bon, disons que ce n'est pas compliqué ! by Clément Blin

En photo de nature, la photo macro, c'est plonger son regard dans un univers rempli de couleurs, de pétales, de petits monstres ailés ou pleins de pattes, c'est découvrir un micro monde au milieu de chaque touffe d'herbe.

Seulement tous les habitants des fleurs et des feuilles ne sont pas toujours faciles d'accès au photographe débutant. Cette jolie punaise aux reflets métalliques est bien placée sur sa tige mais le petit zoom 18-55 du kit ne permet pas de la photographier en gros plan.

Grosse comme une tête d'épingle dans l'image, elle est noyée dans un fouillis de brindilles plus ou moins nettes...bref rien à voir avec le beau portrait que l'on avait en tête !

Les choses seront sûrement plus simples avec un objectif macro ! Oui mais lequel ? et comment ça s'utilise cet engin ? Déjà avec le 18-55 il n'était pas facile de faire la mise au point juste sur le dos de la punaise alors imaginez si on se rapproche encore plus !

Mais pas de panique, comme le dit le titre de cet article, la photo macro c'est facile !

La photo macro, mais qu'est ce que c'est ??

En théorie la macro, c'est la photographie à partir du rapport de reproduction 1/1 et supérieur. En pratique c'est la photographie en plan serré de petits sujets. Personne ne viendra vous accuser de tricherie si vous présentez une "photo macro" au rapport 1/1,2 !

Qu'est ce que ça veut dire "rapport de reproduction" ? Eh bien au rapport 1/1, la zone que vous prenez en photo correspond exactement aux dimensions du capteur de votre appareil photo. Dans le cas d'un reflex à petit capteur, 24mm x 16mm ; dans le cas d'un reflex 24x36...36mm x 24mm !  Découpez une fenêtre de l'une ou l'autre de ces tailles dans une feuille de papier, placez la fenêtre sur une fleur, une pierre ou autre chose et vous avez votre cadrage.

Pour un rapport de reproduction supérieur, par exemple 2/1, la fenêtre sera deux fois plus petite. Au 1/2 c'est l'inverse.

Concrètement, une photo macro ça peut être ça :

technique-photo-macro-feuille-automne

Comment ça marche ? Profondeur de champ, lumière et mise au point... 

Profondeur de champ et diaphragme ?

Si vous essayez la photo macro pour la première fois ou que vous regardez des photos macro, vous allez vite vous rendre compte d’une chose : aucune image n’est nette du premier au dernier plan. La zone de netteté est toujours très fine, placée souvent sur les yeux de l’insecte ou un pétale de fleur.

Et ce phénomène a une explication simple : plus le rapport de reproduction augmente, plus la profondeur de champs diminue. Et elle diminue tellement que vous aurez bien du mal à obtenir une zone de netteté de 5mm de large au rapport 1/1 même en fermant le diaphragme au maximum !

technique-photo-macro-gaze-papillon

technique-photo-macro-papillon-longue-focale

La lumière ? Plus on s'approche moins il y en a !

Autre difficulté en macrophotographie : la lumière. Plus vous approchez l’objectif du sujet, plus la vitesse d’obturation baisse. Et pourtant vous n’avez pas changé l’ouverture du diaphragme !

Alors que se passe-t-il ?

Dans un objectif macro, lorsque la mise au point est faite à faible distance, les lentilles se déplacent sur une grande distance (plusieurs centimètres…tout est relatif !). C'est ce déplacement, supérieur à celui des lentilles d'un objectif "non macro" qui crée une perte de lumière pouvant aller jusqu’à deux diaphragmes au rapport 1/1.

Contre cette perte de lumière et surtout la baisse de la vitesse d'obturation qui en résulte, il n’y a pas beaucoup de solutions.

Vous pouvez ouvrir davantage le diaphragme (mais si vous êtes déjà à pleine ouverture, ce n’est pas possible…), augmenter la sensibilité (tous les boîtiers récents donnent de bons résultats à 1600 isos) ou utiliser un trépied (mais s'il y a du vent la photo sera quand même floue) voire les trois à la fois !

En macro, la lumière manque toujours ! Il est très rare de pouvoir afficher 1/1000sec, f16 et 100 isos même en plein soleil à 14h.

Mise au point ? C'est pas très net...

Comme nous l’avons vu précédemment, la profondeur de champ est particulièrement réduite en macrophotographie. Il va donc falloir réaliser la mise au point de façon précise et rigoureuse si vous souhaitez avoir une belle photo de libellule avec les yeux bien nets !

Les techniques sont différentes en fonction des sujets et de leurs comportements mais dans tous les cas il y aura du déchet !

Dans le cas de sujets mobiles, une petite araignée se promenant sur une feuille par exemple, il vaut mieux opérer à main levée. Une fois la mise au point faite, vous pouvez décaler le plan net en bougeant légèrement (très légèrement) d’avant en arrière et ainsi suivre les mouvements du sujet. Déclenchez plusieurs fois pour vous assurer d’avoir une photo nette au bon endroit. En effet, la pression du doigt sur le déclencheur, un tout petit souffle de vent, un pas de coté de l’araignée et la mise au point se retrouve juste devant ou derrière ses gros yeux !

Si votre sujet est immobile, c’est plus facile. Une fleur par exemple ne risque pas de s’enfuir à votre approche ni de se cacher sous ses feuilles ! Vous pouvez doubler ou tripler la photo au cas où, pour assurer.

Technique-photo-macro-aile-apollon

 Le vent, ennemi N°1 du macro photographe !

Mais s'il y a du vent, tout change ! La jolie fleur immobile commence à se balancer d’avant en arrière de façon totalement aléatoire si bien qu’il est même impossible d’anticiper ses mouvements. Et là c’est un cauchemar.

Si vous avez une tige ou un petit bâton sous la main vous pouvez toujours l’utiliser pour caler la fleur (mais de façon discrète, il ne faut pas que cela se voit sur la photo) et atténuer un peu ses mouvements mais la seule solution vraiment efficace serait de transporter de grands panneaux transparents à placer près du sujet pour stopper le vent. Mais ce ne serait pas vraiment pratique sur le terrain…

Alors il ne reste plus qu’à multiplier les déclenchements au moment où la fleur bouge le moins !

Technique-photo-macro-Anemone-pulsatille

Alors finalement quel matériel pour faire de la photo macro ?

Pour débuter, le strict nécessaire  c’est un reflex et un objectif macro.

Pour le reflex, n’importe lequel fera l’affaire à condition qu’il soit équipé d’un testeur de profondeur de champ – pour apprécier l’étendue de la zone de netteté et le rendu du fond comme nous l’avons vu plus précédemment - ce qui par exemple n’est pas le cas des boitiers Nikon d’entrée de gamme.

Toutes les marques ont à leurs catalogues du matériel dédié à la photo macro.

Pour l’objectif, vous pouvez opter pour un 100 mm (entre 90 et 105mm suivant les marques).

C’est une focale ni trop longue ni trop courte, utilisable à main levée et offrant une distance objectif-sujet correcte. Avec vous photographierez aussi bien les libellules que les pièces de monnaies !

Les 50-60mm sont d’excellents objectifs mais ils nécessitent de s’approcher à quelques centimètres seulement du sujet, ce qui fera fuir les insectes farouches.

Sinon vous pouvez choisir un objectif macro de longue focale. Si vous savez que les grandes libellules et les reptiles seront vos sujets favoris alors je vous invite à lire cet article !

Trépied et flash, stabilité et lumière.

Utiliser le trépied et/ou le flash en macro, c’est une question de préférence et de style photographique.

Si vous courez toute la journée après les papillons, il va de soi que vous n’allez pas vous encombrer d’un trépied. Le temps de le mettre en place le papillon sera déjà passé à une autre fleur et en plus il pèse lourd cet engin !

A contrario, si vous photographiez ce même papillon le matin où il est immobile, le trépied vous aidera dans la composition de l’image et la réalisation de la mise au point.

De même pour le flash. Vous trouverez des partisans de la lumière naturelle à tous prix et d’autre qui ne jurent que par la lumière artificielle.

Si vous comptez faire des très gros plans d’insectes (rapport 2/1, 3/1 ou plus) le flash sera très vite nécessaire mais dans la majorité des cas, il est préférable de commencer sans. La gestion de la mise au point et de la profondeur de champ  est déjà assez compliquée ; ajouter un flash à son équipement lorsque on débute, c’est ajouter une difficulté supplémentaire.

technique-photo-macro-grenouille-verte

Quels sujets photographier en macro ?

Absolument tout est photographiable en macro, des gros plans de toutes petites choses (une coccinelle mangeant un puceron) ou des détails de choses immenses (la rouille sur la coque d’un paquebot). Il n’y aucune limite.

En macro de nature, je vous propose de lire ces articles sur la photo de libellules, papillons, salamandres et crapauds.

technique-photo-macro-goutte-eau

Bien se placer par rapport au sujet.

Vous vous promenez à la recherche d’une petite bête à vous mettre sous l’objectif. D’ailleurs il n’y a pas grand-chose dans cette prairie à part des sauterelles… tient, celle-ci vient de sauter sur une fleur ! Les couleurs sont belles, la position de la sauterelle intéressante, ça mérite une photo !

Oui mais la scène se passe à 20 cm au dessus du sol, vous n’allez quand même pas vous allonger par terre pour photographier une sauterelle ? Et bien si !

En macro comme dans la plupart des domaines photographiques, une des règles importantes est de se mettre à hauteur du sujet.

Il ne vous viendrait pas à l’idée de réaliser un portrait en photographiant la personne du dessus, on ne verrait que ses cheveux ! Pour la sauterelle c’est pareil. En plus, cela créera un avant plan et un arrière plan flou qui participeront beaucoup à la réussite de votre photo !

technique-photo-macro-sonneur-plongee

technique-photo-macro-petit-crapaud

 Profiter des plus belles lumières.

La photo c'est d'abord de la lumière. Sans une belle lumière, pas de belle photo et ce même si votre sujet est un éléphant rose ! L'image sera très intéressante du point de vue naturaliste mais elle ne sera pas "belle". La macro ne déroge pas à cette règle et les plus belles lumières sont, comme en photo de paysage, photo animalière, photo de vacances..., les lumières du matin et du soir. En plus les insectes bougent moins à ces moments de la journée, cela rend l'approche plus facile !

Donc si la macro vous intéresse, partez vous promener dans une prairie au lever du soleil, vous reviendrez certainement avec de belles images !

Le sigma 180mm macro comme premier objectif macro ? Pourquoi pas ? by Clément Blin

Comment choisir un objectif macro ?

Choisir un objectif macro parmis les nombreux modèles présents sur le marché n'est pas simple ! Ils sont tous macro, certes, mais diffèrent par leurs longueurs focales, leurs poids, leurs encombrements et aussi leurs prix, pouvant varier du simple au triple.

Nous pouvons classer les objectifs macro en trois catégories : les courtes focales, entre 50 et 60mm, les moyennes focales, entre 90 et 105mm et enfin les longues focales, de 150 à 200mm, comme celle que j'utilise et dont il sera question ici.

Mon objectif macro favori, le seul que j'utilise en fait, que j'utilise à chaque sortie ou presque, c'est le sigma 180mm macro f3,5 HSM.

Le sigma 180mm macro EX

Commençons tout de suite par les choses qui fâchent : une longue focale macro c'est lourd, encombrant et cher !  Le sigma 180mm  mesure 18 cm de long, pèse 1kg. Comparé à cela, un 50mm macro fait figure de poids plume. Pour ce qui est du prix, la seule longue focale coûtant moins de 1000€ se trouve chez tamron. Toutes les autres marques sont au dessus de ce prix.

Le sigma 180mm macro,taille et poids

Heureusement ces quelques défauts sont compensés par des avantages bien utiles sur le terrain. L'un des plus important à mes yeux est le collier de fixation pour trépied  et monopode. Il permet de passer rapidement du cadrage vertical au cadrage horizontal sans avoir à toucher à la rotule comme cela est le cas sur les objectifs de plus courtes focales, dépourvues de ce système.

Ensuite, le gros diamètre de l'objectif procure une très bonne prise en main. La très large bague de mise au point permet un ajustement précis de la netteté sur le sujet.

Avantages du téléobjectif macro.

Mais finalement, avoir 100 ou 150mm de plus qu'un classique 50mm macro, à quoi ça sert ? Et bien tout simplement à pouvoir photographier le sujet de plus loin ! De plus loin et non de très loin parce que même avec le 180mm, il faut approcher le pare-soleil à 30cm d'une libellule pour lui tirer le portrait. Mais se placer à 30 cm d'un insecte volant est beaucoup plus simple que de lui mettre la lentille frontale à seulement 5cm des yeux !

La longue focale est aussi la reine du fond flou et ce, d'autant plus que le rapport de reproduction est faible ! Pour un même cadrage, les zones floues sont beaucoup plus diffuses, diluées avec un 180mm qu'avec un 60mm.

Sigma 180mm macro,approche très lente d'un cordulégastre bidenté. Photo presque impossible à faire avec une focale plus courte !

Inconvénients de la longue focale macro

Une longue focale demande une vitesse d'obturation rapide pour éviter tout flou de bouger. Or, en macro, avec les petites ouvertures de diaphragme et les rapports de reproduction importants, la lumière fait souvent défaut. Une longue focale macro rassemble ces deux difficultés, c'est pourquoi je l'utilise essentiellement sur trépied. En plus de limiter voir d'éliminer les risques de flous de bouger, le trépied permet de composer avec plus facilement son image et de faire la mise au point avec précision sur l'oeil de l'insecte.

Un 180mm macro pour quels sujet ?

La longue focale macro est donc un objectif  spécialisé dans la photographie de petits sujets farouches / que l'on ne veut pas approcher / que l'on ne peut pas approcher. Grandes libellules, serpents venimeux, grenouille au milieu d'une mare...

Un exemple : un papillon vient de se poser sur une fleur. Le sujet et son environnement laisse penser à une belle image en plan large, les fleurs en arrière plan formant autant de tâches de couleurs floues. Avec notre 180mm macro, il est plutôt facile de prendre cette image. Il suffit de se placer à 2 mètres, peut être 1,5 mètres du papillon. Le rendu de l'arrière plan change à chaque déplacement de l'objectif, permettant au photographe de placer les tâches de couleurs exactement ou il le souhaite. Clic clac, c'est dans la boite (ou sur la carte mémoire, c'est selon).

La même photo avec un 60mm macro est plus difficile à obtenir. Sans parler du rendu de l'arrière plan qui sera beaucoup moins dilué qu'avec la longue focale, ce petit objectif devra être placé trois fois plus près du papillon ! Et la, même en approchant le plus discrètement possible, le photographe risquera à tout moment de faire bouger une herbe qui en touchera une autre qui fera vibrer la fleur sur laquelle se trouve notre sujet. Sanction immédiate : le papillon s'envole !

Sigma 180mm macro, la longue focale fait ressortir le sujet même si il se trouve dans un environnement encombré.

En conclusion

Un 180 ou 200mm macro est très utile, ça oui ! Mais pour l'utiliser au maximum de ses capacités, il faudra souvent l'utiliser avec l'indispensable couple trépied-rotule ce qui rajoute facilement 2 à 3 kg sur la balance. Si vous aimez vous promenez avec un équipement léger et discret cet objectif n'est donc pas fait pour vous.

D'autre part, le recul offert par ce type d'objectif constitue parfois un désavantage quand branches et herbes viennent se placer entre la lentille frontale et le sujet. Un 50mm passera au milieu de ces tiges vertes, le 180mm doit rester derrière, obligeant le photographe à pousser les herbes et les fleurs, à les accrocher les unes aux autres pour éviter qu'elles ne se remettent en place...

Un 200mm ne sera pas non plus d'une grande utilité pour photographier des natures mortes, ni pour être utilisé avec des bagues allonges (le gain en grandissement sera beaucoup plus intéressant avec un 60mm)...

Bref, c'est une focale spécialisée, parfois pointue à utiliser, mais excellente dans son domaine. Si vous l'adoptez, libellules et papillons n'ont qu'à bien se tenir !

Sigma 180mm macro à pleine ouverture.Azuré dans le soleil couchant.