objectif macro papillon

Photographier les papillons : milieux, techniques et matériel. by Clément Blin

Voletant de fleurs en fleurs, les papillons attirent inévitablement l'oeil du photographe de nature. Présent en prairies, forêts, au bord des rivières et des étangs, il en existe des dizaines d'espèces et autant de couleurs et tailles différentes. Et en les voyant papillonner autour de nous, arrive forcement l'envie de photographier les papillons. Cet article vous donnera quelques clés pour trouver et photographier les papillons, à quel moment de la journée (matin, après-midi ou soir) et avec quel matériel (compact, reflex, objectif macro). Enfin, vous trouverez des cas pratiques : photographier les papillons au coucher du soleil, dans la rosée, en gros plan et en pleine journée.

Bonne lecture !

Ou trouver les papillons ?

Les papillons vivent dans les milieux ou poussent leurs plantes hôtes. Trouver ces plantes signifie souvent trouver les espèces de papillons qui leurs sont liées mais pas toujours. Par exemple, les apollons dépendent des sédums. or les sédums poussent dans de nombreux endroits rocailleux ou l'apollon n'est pas présent.

La prairie fleurie est un très bon milieu pour commencer la photographie de papillons. La diversité des fleurs attirera de nombreuses espèces tout au long de la saison, entre fin mars et début octobre. Choisissez de préférence une prairie bien éclairée de façon à pouvoir profiter des lumières du matin ou du soir voir des deux !

Une fois trouvé votre prairie à papillons, vous pouvez commencer à penser "photo" !

Quand photographier les papillons ?

Le matin :

Cette période, commençant un peu avant le levé du soleil et finissant environ 2h après, est très favorable à la photographie de papillons. La température et la faible lumière les tiennent immobiles. En marchant doucement, inspectez chaque fleurs et tiges. Vous trouverez plus ou moins vite un ou deux papillons engourdis, parfois beaucoup plus.

Comme votre papillon est incapable de bouger, vous pourrez sans soucis écarter un brin d'herbe, pousser quelques feuilles, positionner vos flashs, trépieds... Tout cela délicatement bien sur, pas question de "passer la tondeuse" autour de votre sujet !

Photographier les papillons - Les demi-deuils ouvrent tous leurs ailes dès que les premiers rayons du soleil apparaissent

Durant la journée :

Dès que les rayons du soleil les réchauffes suffisamment, les papillons ouvrent les ailes et emmagasinent de l'énergie. Ils ne sont pas encore près à s'envoler mais cela ne va pas tarder. Si l'atmosphère est sèche et que la température monte vite, les papillons redeviendront actifs très rapidement. Mais si ils sont par exemple, couverts de rosée, il peut se s'écouler une bonne heure avant que le premier d'entre eux ne prenne son envol.

Une fois les papillons réchauffés et pleins d'énergie, il devient beaucoup plus difficile de les approcher. Si ils ne sont pas occupés à voler de fleur en fleur à la recherche de nectar, les mâles paradent pour tenter de séduire les femelles.

Toujours actifs, ils s'enfuient facilement à l'approche de l'objectif. Ajoutez à cela une lumière de plus en plus dure et vous n'obtenez pas des conditions idéales pour la photo. Cependant, il n'y a qu'en pleine journée qu'il est possible de photographier des comportements intéressants (vols, accouplements...) comme cette photo de deux flambés, prise aux alentour de 12h.

Photographier les papillons - Accouplement de Flambés. 12h en plein soleil.

Dans ces conditions, une longue focale, type 180-200mm macro ou 300mm f4 à mise au point rapprochée sera très utile.

Le soir :

C'est, avec le matin, le moment le plus intéressant pour la photographie de papillons. Au fur et à mesure que le soleil descend, les lépidoptères vont se poser les uns après les autres pour passer la nuit.

Certaines espèces de piérides, descendent dans les herbes ce qui n'est pas des plus pratique pour la photo.

Heureusement, beaucoup de spécimens vont se poser au milieu d'une fleur, au sommet d'une herbe, bien en évidence.

La lumière chaude est propice à la réalisation de belles images, et même, si le site le permet, de contre-jour sur fond de soleil couchant (voir plus bas dans cet article).

Même si les papillons sont posés et immobiles, il faut encore faire attention pendant la phase d'approche. Parfois l'insecte est encore vigilant et un mouvement trop rapide de votre part le fera s'envoler !

Photographier les papillons - J'ai suivi cette Diane jusqu'à ce qu'elle se pose. En me déplaçant lentement j'ai pu tourner autour du papillon sans qu'il ne s'envole.

Photographier les papillons : quel matériel ?

Ici on trouve un peu de tout. L'équipement minimum sera différent selon que l'on photographie durant  la journée ou le matin et le soir.

Un bon compact (tous ou presque possèdent un mode macro) pourra vous permettre de débuter dans la photographie de papillon à condition d'être conscient de ses limites :

- profondeur de champ importante, bien supérieur à celle d'un reflex. Il sera très dur, sinon impossible d'obtenir de beaux fonds flous

- nécessite d'approcher l'appareil à seulement 2 ou 3 cm du papillon. C'est tout à fait faisable le matin ou le soir, lorsqu'ils sont immobiles mais c'est impossible en pleine journée.

Le mode macro le plus efficace sur les compacts est souvent obtenu à la focale la plus courte. Utilisez ce grand angle pour représenter le sujet dans son environnement comme sur la photo ci-dessous !

Photographier les papillons - Apollon sur les hauts plateaux du Vercors, photographié au 17mm

Mais comme souvent en photo nature, l'appareil photo le plus efficace sera le reflex.

Quel reflex pour photographier les papillons ?

La réponse est simple : n'importe lequel !! Enfin presque. Un reflex utilisé pour photographier les papillons et faire de la macro en général, doit avoir deux caractéristiques essentielles : un bon viseur pour faire la mise au point au millimètre près et un testeur de profondeur de champs pour contrôler ce qui est net et ce qui est flou en fonction de l'ouverture de diaphragme choisie.

Ce qui est très important en revanche, ce sont les objectifs montés sur ce reflex ! Et si il ne fallait avoir qu'un seul objectif pour photographier les papillons ce serait un objectif macro.

Quel objectif macro pour photographier les papillons ?

Un papillon est, en Europe en tout cas, de petite taille. Si vous vous rendez dans une serre à papillons tropicaux ou au Pérou, vous pourrez sans doute photographier des lépidoptères de la taille d'une assiette à soupe, mais en France, un spécimen de 7cm d'envergure est un grand papillon !  Il va donc falloir approcher l'objectif près, voir très près du petit insecte coloré  et ça tombe bien, l'objectif macro est conçu pour cela.

Sur le marché, le photographe trouve trois grands types d'objectifs macro : les 50/60mm, les 90/105mm et les 180/200mm.

Les premiers sont moyennement  intéressants, leurs courtes focales demandant d'approcher la lentille frontale à seulement 5 ou 6cm du papillon. En pleine journée, il y a de grandes chances que celui-ci s'envole !

Les seconds sont déjà plus intéressants ! Ces objectifs offrent une distance de travail plus confortable tout en restant relativement compacts et légers. D'excellente qualité optique, souvent stabilisés et dotés d'un autofocus à motorisation ultrasonique, ce sont d'excellents choix pour photographier les papillons et les insectes en général. Présents dans toutes les marques (avec tout de même des variations de prix significatives !); nous pouvons citer en vrac : le sigma 105mm HSM OS, le nikkor AF-s 105mm VR, le canon 100mm L USM ou encore le tamron 90mm VC USD. Mais d'autres encore existent chez sony, pentax...

Enfin, le dernier groupe d'objectifs macro, des plus intéressants pour la photographie de papillons de jour (et de nuit aussi !). Offrant longue focale et grande distance de travail, ils permettent des plans serrés sur le sujet sans trop s'approcher. Plus difficiles à utiliser que les macros de focales plus courtes, ils sont redoutablement efficaces après quelques heures de pratique. Pour plus d'informations sur ce type d'objectif macro (choix et utilisation), je vous invite à lire cet article.

Mises en situations

Les papillons et la rosée

De la rosée se forme souvent après une nuit fraiche, plaçant une petite goutte d'eau au bout de chaque brin d'herbe. Notre papillon endormi n'y échappe pas ! C'est l'occasion de réaliser des photographies de lépidoptères presque "prisonniers" sous le poids des gouttes de rosées, ou juste parsemés de quelques points brillants comme cet aurore.

Cependant, il faut faire attention à la durée de vie de ces petites gouttes d'eau. Elles restent présentes une heure ou deux voir plus au printemps et à l'automne, les températures étant assez fraiches. Par contre, la rosée s'évapore beaucoup plus rapidement en été.

Photographier les papillons - Aurore des cardamines dans la rosée - 300mm f5,6.

 

Les papillons au soleil couchant

Le soir les papillons volent, se posent, redécollent, puis se posent pour de bon. La lumière diminue petit à petit et devient de plus chaude. Le soleil forme une grosse boule rouge à l'horizon, c'est le moment de tenter une photo de votre papillon en ombre chinoise dans le soleil couchant.

Ce type de photo est assez simple à réaliser, il faut simplement faire attention à deux paramètres : l'ouverture et la focale.

- l'ouverture : pour que le soleil apparaissent bien rond sur la photo, il faut régler le diaphragme à sa plus grande ouverture. Plus vous le fermerez, plus le soleil serra petit dans l'image. De plus il prendra la forme du diaphragme, soit un polygone de 7 ou 9 cotés suivant le nombre de lamelles formant le diaphragme de l'objectif.

- la focale : imaginons le même papillon, photographié avec le même cadrage par deux objectifs : un 60mm f2,8 et un 150mm f2,8. Et bien la taille du soleil dans l'image sera plus importante avec le 150mm.

Approchons nous un peu...le papillon est maintenant plus gros dans le viseur. Avec le 60mm, le soleil occupe une place importante dans l'arrière plan. Avec le 150mm par contre, l'arrière plan est entièrement rouge, on ne distingue même plus la forme du soleil.

En photographie d'insecte en contre-jour sur le soleil couchant, il faut donc avoir plusieurs objectifs pour obtenir à chaque fois un soleil couchant de bonne taille sans être trop envahissant : une courte focale pour les gros plans de petits insectes et une focale plus longue pour les plus large d'insectes plus gros comme la photo de Demi-deuil ci-dessous.

Photographier les papillons - Demi-deuil au couché du soleil - 180mm à f3,5

Gros plan de papillon en soirée

Il n'y a pas que les cadrage large en photo ! Les papillons immobiles en soirée sont aussi l'occasion de réaliser des gros plans. En voici un exemple avec ce portrait d'Aurore, prit une dizaine de minutes après que celle-ci se soit posée sur sa cardamine. Après m'être assuré que le papillon ne s'envolerai pas, j'ai placé mon trépied le plus près possible de la fleur sans la faire bouger. Objectif macro utilisé à sa distance minimale de mise point, 60mm de bague allonge  et un flash électronique m'ont permis de prendre cette photo de "papillon-peluche". Notez que la profondeur de champs mesure à peine un millimètre.

Photographier les papillons - Aurore des cardamines - 180mm macro et bagues-allonges

Photographier les papillons en pleine journée !

Le matin et le soir sont bonnes périodes mais c'est tout de même durant la journée que les papillons sont le plus visible ! En les voyant voler de fleurs en fleurs, le photographe est rapidement tenté de les photographier. Ici il faut agir vite, le lépidoptère ne restant jamais immobile très longtemps. Approche discrète, paramètres de prise de vue déjà réglés, la chose à faire est de cadrer, faire la mise au point et déclencher. Cette pratique photographique vous fera certainement courir d'un bord à l'autre de la prairie, à la poursuite d'un beau spécimen mais vous aurez peut être ainsi le plaisir de le photographier butinant sa plante hôte.

Pour photographier la Diane ci-dessous, j'ai suivi plusieurs de ces papillons jusqu'à en trouver un qui reste posé suffisamment longtemps  pour que je puisse m'allonger sur le sol et passer mon objectif à travers les herbes sèches. Quelques secondes après, la Diane s'est envolée.

Photographier les papillons - Diane, Zerynthia polyxena

Après ces quelques conseils, prenez votre appareil photo et partez à la chasse aux papillons ! Bonnes photos !

Pour en savoir plus :

- Choisir un objectif macro ? Pourquoi pas une longue focale ?

- Utiliser le nikkor 200mm f2 pour photographier les insectes, une drôle d'idée ?

Le sigma 180mm macro comme premier objectif macro ? Pourquoi pas ? by Clément Blin

Comment choisir un objectif macro ?

Choisir un objectif macro parmis les nombreux modèles présents sur le marché n'est pas simple ! Ils sont tous macro, certes, mais diffèrent par leurs longueurs focales, leurs poids, leurs encombrements et aussi leurs prix, pouvant varier du simple au triple.

Nous pouvons classer les objectifs macro en trois catégories : les courtes focales, entre 50 et 60mm, les moyennes focales, entre 90 et 105mm et enfin les longues focales, de 150 à 200mm, comme celle que j'utilise et dont il sera question ici.

Mon objectif macro favori, le seul que j'utilise en fait, que j'utilise à chaque sortie ou presque, c'est le sigma 180mm macro f3,5 HSM.

Le sigma 180mm macro EX

Commençons tout de suite par les choses qui fâchent : une longue focale macro c'est lourd, encombrant et cher !  Le sigma 180mm  mesure 18 cm de long, pèse 1kg. Comparé à cela, un 50mm macro fait figure de poids plume. Pour ce qui est du prix, la seule longue focale coûtant moins de 1000€ se trouve chez tamron. Toutes les autres marques sont au dessus de ce prix.

Le sigma 180mm macro,taille et poids

Heureusement ces quelques défauts sont compensés par des avantages bien utiles sur le terrain. L'un des plus important à mes yeux est le collier de fixation pour trépied  et monopode. Il permet de passer rapidement du cadrage vertical au cadrage horizontal sans avoir à toucher à la rotule comme cela est le cas sur les objectifs de plus courtes focales, dépourvues de ce système.

Ensuite, le gros diamètre de l'objectif procure une très bonne prise en main. La très large bague de mise au point permet un ajustement précis de la netteté sur le sujet.

Avantages du téléobjectif macro.

Mais finalement, avoir 100 ou 150mm de plus qu'un classique 50mm macro, à quoi ça sert ? Et bien tout simplement à pouvoir photographier le sujet de plus loin ! De plus loin et non de très loin parce que même avec le 180mm, il faut approcher le pare-soleil à 30cm d'une libellule pour lui tirer le portrait. Mais se placer à 30 cm d'un insecte volant est beaucoup plus simple que de lui mettre la lentille frontale à seulement 5cm des yeux !

La longue focale est aussi la reine du fond flou et ce, d'autant plus que le rapport de reproduction est faible ! Pour un même cadrage, les zones floues sont beaucoup plus diffuses, diluées avec un 180mm qu'avec un 60mm.

Sigma 180mm macro,approche très lente d'un cordulégastre bidenté. Photo presque impossible à faire avec une focale plus courte !

Inconvénients de la longue focale macro

Une longue focale demande une vitesse d'obturation rapide pour éviter tout flou de bouger. Or, en macro, avec les petites ouvertures de diaphragme et les rapports de reproduction importants, la lumière fait souvent défaut. Une longue focale macro rassemble ces deux difficultés, c'est pourquoi je l'utilise essentiellement sur trépied. En plus de limiter voir d'éliminer les risques de flous de bouger, le trépied permet de composer avec plus facilement son image et de faire la mise au point avec précision sur l'oeil de l'insecte.

Un 180mm macro pour quels sujet ?

La longue focale macro est donc un objectif  spécialisé dans la photographie de petits sujets farouches / que l'on ne veut pas approcher / que l'on ne peut pas approcher. Grandes libellules, serpents venimeux, grenouille au milieu d'une mare...

Un exemple : un papillon vient de se poser sur une fleur. Le sujet et son environnement laisse penser à une belle image en plan large, les fleurs en arrière plan formant autant de tâches de couleurs floues. Avec notre 180mm macro, il est plutôt facile de prendre cette image. Il suffit de se placer à 2 mètres, peut être 1,5 mètres du papillon. Le rendu de l'arrière plan change à chaque déplacement de l'objectif, permettant au photographe de placer les tâches de couleurs exactement ou il le souhaite. Clic clac, c'est dans la boite (ou sur la carte mémoire, c'est selon).

La même photo avec un 60mm macro est plus difficile à obtenir. Sans parler du rendu de l'arrière plan qui sera beaucoup moins dilué qu'avec la longue focale, ce petit objectif devra être placé trois fois plus près du papillon ! Et la, même en approchant le plus discrètement possible, le photographe risquera à tout moment de faire bouger une herbe qui en touchera une autre qui fera vibrer la fleur sur laquelle se trouve notre sujet. Sanction immédiate : le papillon s'envole !

Sigma 180mm macro, la longue focale fait ressortir le sujet même si il se trouve dans un environnement encombré.

En conclusion

Un 180 ou 200mm macro est très utile, ça oui ! Mais pour l'utiliser au maximum de ses capacités, il faudra souvent l'utiliser avec l'indispensable couple trépied-rotule ce qui rajoute facilement 2 à 3 kg sur la balance. Si vous aimez vous promenez avec un équipement léger et discret cet objectif n'est donc pas fait pour vous.

D'autre part, le recul offert par ce type d'objectif constitue parfois un désavantage quand branches et herbes viennent se placer entre la lentille frontale et le sujet. Un 50mm passera au milieu de ces tiges vertes, le 180mm doit rester derrière, obligeant le photographe à pousser les herbes et les fleurs, à les accrocher les unes aux autres pour éviter qu'elles ne se remettent en place...

Un 200mm ne sera pas non plus d'une grande utilité pour photographier des natures mortes, ni pour être utilisé avec des bagues allonges (le gain en grandissement sera beaucoup plus intéressant avec un 60mm)...

Bref, c'est une focale spécialisée, parfois pointue à utiliser, mais excellente dans son domaine. Si vous l'adoptez, libellules et papillons n'ont qu'à bien se tenir !

Sigma 180mm macro à pleine ouverture.Azuré dans le soleil couchant.