objectif macro

Le sigma 180mm macro comme premier objectif macro ? Pourquoi pas ? by Clément Blin

Comment choisir un objectif macro ?

Choisir un objectif macro parmis les nombreux modèles présents sur le marché n'est pas simple ! Ils sont tous macro, certes, mais diffèrent par leurs longueurs focales, leurs poids, leurs encombrements et aussi leurs prix, pouvant varier du simple au triple.

Nous pouvons classer les objectifs macro en trois catégories : les courtes focales, entre 50 et 60mm, les moyennes focales, entre 90 et 105mm et enfin les longues focales, de 150 à 200mm, comme celle que j'utilise et dont il sera question ici.

Mon objectif macro favori, le seul que j'utilise en fait, que j'utilise à chaque sortie ou presque, c'est le sigma 180mm macro f3,5 HSM.

Le sigma 180mm macro EX

Commençons tout de suite par les choses qui fâchent : une longue focale macro c'est lourd, encombrant et cher !  Le sigma 180mm  mesure 18 cm de long, pèse 1kg. Comparé à cela, un 50mm macro fait figure de poids plume. Pour ce qui est du prix, la seule longue focale coûtant moins de 1000€ se trouve chez tamron. Toutes les autres marques sont au dessus de ce prix.

Le sigma 180mm macro,taille et poids

Heureusement ces quelques défauts sont compensés par des avantages bien utiles sur le terrain. L'un des plus important à mes yeux est le collier de fixation pour trépied  et monopode. Il permet de passer rapidement du cadrage vertical au cadrage horizontal sans avoir à toucher à la rotule comme cela est le cas sur les objectifs de plus courtes focales, dépourvues de ce système.

Ensuite, le gros diamètre de l'objectif procure une très bonne prise en main. La très large bague de mise au point permet un ajustement précis de la netteté sur le sujet.

Avantages du téléobjectif macro.

Mais finalement, avoir 100 ou 150mm de plus qu'un classique 50mm macro, à quoi ça sert ? Et bien tout simplement à pouvoir photographier le sujet de plus loin ! De plus loin et non de très loin parce que même avec le 180mm, il faut approcher le pare-soleil à 30cm d'une libellule pour lui tirer le portrait. Mais se placer à 30 cm d'un insecte volant est beaucoup plus simple que de lui mettre la lentille frontale à seulement 5cm des yeux !

La longue focale est aussi la reine du fond flou et ce, d'autant plus que le rapport de reproduction est faible ! Pour un même cadrage, les zones floues sont beaucoup plus diffuses, diluées avec un 180mm qu'avec un 60mm.

Sigma 180mm macro,approche très lente d'un cordulégastre bidenté. Photo presque impossible à faire avec une focale plus courte !

Inconvénients de la longue focale macro

Une longue focale demande une vitesse d'obturation rapide pour éviter tout flou de bouger. Or, en macro, avec les petites ouvertures de diaphragme et les rapports de reproduction importants, la lumière fait souvent défaut. Une longue focale macro rassemble ces deux difficultés, c'est pourquoi je l'utilise essentiellement sur trépied. En plus de limiter voir d'éliminer les risques de flous de bouger, le trépied permet de composer avec plus facilement son image et de faire la mise au point avec précision sur l'oeil de l'insecte.

Un 180mm macro pour quels sujet ?

La longue focale macro est donc un objectif  spécialisé dans la photographie de petits sujets farouches / que l'on ne veut pas approcher / que l'on ne peut pas approcher. Grandes libellules, serpents venimeux, grenouille au milieu d'une mare...

Un exemple : un papillon vient de se poser sur une fleur. Le sujet et son environnement laisse penser à une belle image en plan large, les fleurs en arrière plan formant autant de tâches de couleurs floues. Avec notre 180mm macro, il est plutôt facile de prendre cette image. Il suffit de se placer à 2 mètres, peut être 1,5 mètres du papillon. Le rendu de l'arrière plan change à chaque déplacement de l'objectif, permettant au photographe de placer les tâches de couleurs exactement ou il le souhaite. Clic clac, c'est dans la boite (ou sur la carte mémoire, c'est selon).

La même photo avec un 60mm macro est plus difficile à obtenir. Sans parler du rendu de l'arrière plan qui sera beaucoup moins dilué qu'avec la longue focale, ce petit objectif devra être placé trois fois plus près du papillon ! Et la, même en approchant le plus discrètement possible, le photographe risquera à tout moment de faire bouger une herbe qui en touchera une autre qui fera vibrer la fleur sur laquelle se trouve notre sujet. Sanction immédiate : le papillon s'envole !

Sigma 180mm macro, la longue focale fait ressortir le sujet même si il se trouve dans un environnement encombré.

En conclusion

Un 180 ou 200mm macro est très utile, ça oui ! Mais pour l'utiliser au maximum de ses capacités, il faudra souvent l'utiliser avec l'indispensable couple trépied-rotule ce qui rajoute facilement 2 à 3 kg sur la balance. Si vous aimez vous promenez avec un équipement léger et discret cet objectif n'est donc pas fait pour vous.

D'autre part, le recul offert par ce type d'objectif constitue parfois un désavantage quand branches et herbes viennent se placer entre la lentille frontale et le sujet. Un 50mm passera au milieu de ces tiges vertes, le 180mm doit rester derrière, obligeant le photographe à pousser les herbes et les fleurs, à les accrocher les unes aux autres pour éviter qu'elles ne se remettent en place...

Un 200mm ne sera pas non plus d'une grande utilité pour photographier des natures mortes, ni pour être utilisé avec des bagues allonges (le gain en grandissement sera beaucoup plus intéressant avec un 60mm)...

Bref, c'est une focale spécialisée, parfois pointue à utiliser, mais excellente dans son domaine. Si vous l'adoptez, libellules et papillons n'ont qu'à bien se tenir !

Sigma 180mm macro à pleine ouverture.Azuré dans le soleil couchant.

Le nikkor 200mm f2 VR pour photographier fleurs et insectes ? Une drôle d’idée ? by Clément Blin

Bien sur il ne sera pas question de macro au sens strict du terme : pour atteindre le rapport de 1/1, le nikkor 200mm f4 macro sera bien plus efficace. Non, le domaine ou notre nikkor 200mm f2, téléobjectif lumineux excelle c’est la proxy-photo, autrement dit les photos en plan large d’un petit sujet.

I Présentation du nikkor 200mm f2.

Nikkor 200mm f2 Vr

D’abord, faisons le tour de la bête. Son nom officiel nous fournit beaucoup d’informations : 200mm f/2G ED-IF AF-S VR NIKKOR. Il s’agit donc d’un téléobjectif d’une focale de 200mm, d’ouverture maximale F2, sa formule optique comprend des éléments en verre ED, et même Super ED, garantie, au moins sur le papier d’une très haute qualité d’image. Il dispose d’un autofocus à motorisation ultrasonique, rapide, précis et silencieux et enfin comporte un groupe stabilisateur sensé faire gagner 3 vitesses au photographe. Ce que le nom officiel ne nous dit pas se trouve dans la fiche technique :

-       Distance de mise au point minimum : 1,9 mètre

-       Diamètre et longueur : 12cm / 20cm (28cm avec paresoleil)

-       Poids : 2,9kg.

-       Tarif : 4500€

Nous sommes donc clairement en présence d’un objectif professionnel en termes de spécifications…et de prix !

Comparaison de tailles sigma 105mm, sigma 180mm et nikkor 200mm f2

L’une des plus grandes qualités de ce 200mm f2 est son excellent piqué à toutes les ouvertures ce qui permet d'utiliser la pleine ouverture sans arrière pensée.

Il présente également quelques défauts : il est assez lourd et plutôt mal équilibré, avec un centre de gravité placé vers l’avant. Photographier à main levée devient rapidement fatigant et l’aide d’un monopode est la bienvenue !

II le nikkor 200mm f2 VR en proxy-photographie.

Le premier coquelicot de l'année - nikkor 200mm f2

Maintenant que les présentations sont faites, entrons dans le vif du sujet : l'utilisation de cet objectif en photo rapprochée. Sa distance minimale de mise au point n'en fait clairement pas un objectif macro. Le rapport de reproduction maximal ne permettra pas photographier un oeil de libellule en gros plan. En revanche, ce 200mm sera parfait pour réaliser des plans larges montrant le sujet dans son environnement et cela pour deux raisons :

- la très grande ouverture de F2 permet d'obtenir une profondeur de champs de seulement quelques millimètres. Il faudra donc réaliser la mise au point avec le plus grand soin !

- l'angle de champ de seulement 12° (mais cela est valable pour tous les 200mm).

Ces deux paramètres permettent d'isoler le sujet même en cadrage large avec de très beaux flous d’arrières plan ou bokeh comme le montre la photo du coquelicot ci-dessus.

Compte tenu des difficultés de mise au point, j'utilise essentiellement cet objectif sur trépied pour photographier des sujets immobiles : fleurs, papillons à l'aube... De plus, le trépied permet de limiter le flou de bouger et de cadrer au millimètre près.

III Le nikkor 200mm F2 et les bagues allonges.

Vu les possibilités de l'objectif en proxy-photo, j'ai voulu lui associer une ou plusieurs bagues allonges pour augmenter son rapport de reproduction.

Les bagues-allonges sont de simples tubes vides s'intercalant en l'optique et le boîtier, permettant de réduire la distance de mise au point de n’importe quel objectif par augmentation du tirage.

J’utilise un jeu de trois bagues kenko de 12, 20 et 36mm conservant les contacts entre le 200mm f2 et le reflex. Des bagues-allonges "pucées" sont indispensables puisque ce 200mm est de type G, c'est-à-dire qu'il n'a pas de bague de contrôle du diaphragme. Sans ces puces, le diaphragme serait fermé à f22 en permanence, ce qui est un peu restrictif !

Voici quelques images montrant les possibilités de cet objectif utilisé avec des bagues allonges. Les sujets, des primevères, mesurent 4 cm de diamètre.

La première photo est celle du 200mm f2 vr utilisé seul, à sa distance minimale de mise au point. Les primevères sont à 1,45 mètres de l'extrémité du pare-soleil.

Nikkor 200mm f2 vr à F2 à sa distance minimale de mise au point

La deuxième photo : une bague de 12mm est montée entre l'objectif et le boîtier. Le pare-soleil est à 95cm des fleurs. La profondeur de champs étant extrêmement courte, il est préférable de fermer le diaphragme d'un ou deux crans.

Nikkor 200mm f2 vr à F2 avec une bague allonge de 12mm

Troisième image avec cette fois une bague de 20mm. Le pare-soleil est à 82 cm des primevères.

Nikkor 200mm f2 vr à F2 avec une bague allonge de 20mm

Avant dernière photo avec une bague allonge de 36mm. Distance pare-soleil-sujet : 60cm.

Nikkor 200mm f2 vr à F2 avec une bague allonge de 36mm

Et enfin, la combinaison ultime : 12mm + 20mm + 36mm ! L'ensemble n'est pas très rigide et le cadrage change dès qu'on lâche le boitier... Le pare-soleil est à 40cm des fleurs.

Nikkor 200mm f2 vr à F2 avec 68mm de bagues allonges.

Les bagues-allonges sont donc une solution intéressante pour augmenter le rapport de reproduction de cet objectif. L'empilement de toutes les bagues permet même une photo plein cadre de la fleur de primevère là où l'objectif seul ne peut photographier que le groupe.

Cependant, ces bagues allonges ne sont pas sans inconvénients et le plus important pour moi est une baisse de la qualité optique ! Une sorte de halo est présent sur chaque image et l'effet est d'autant plus important que le tirage augmente. Cela se voit très bien sur la dernière image ou les bords des pétales est suivi d'une zone blanche floue plus ou moins large. A titre de comparaison, voici une photo de la même primevère prise au 180mm macro, dont la formule optique est certainement optimisée pour les grands rapports de reproduction, où ce défaut est absent.

Primevère photographiée au 180mm macro

Conclusion :  le nikkor 200mm f2 vr, un très bon choix pour la proxy-photographie !

Qualité optique excellente à toutes les ouvertures, très grande luminosité, faible profondeur de champ et beaux flous d'arrières plans : il ne fait aucun doute que cet objectif est très à l'aise pour réaliser des plans larges de petits sujets.

La large bague de mise au point permet un contrôle précis de la netteté  et le système de stabilisation est très efficace, bien que je ne m'en serve rarement, préférant poser l'objectif sur un trépied.

L'utilisant depuis plus de 2 ans, son poids et son centre de gravité placé vers l'avant sont les seuls défauts que je lui trouve....en dehors de son prix bien sur !

Nikkor 200mm f2 - Argus dans la prairie