La technique du filé d'eau ou comment photographier des cascades en pose longue ! / by Clément Blin

cascade des tufs en pose longue, eau filée grâce à un filtre gris neutre
cascade des tufs en pose longue, eau filée grâce à un filtre gris neutre

Quel photographe débutant, devant une photo de filé d'eau, ne s'est pas demandé "Comment est prise cette photo ?". Et bien ne cherchez plus, la réponse se trouve dans les lignes qui suivent !

Pour cet article, je me suis rendu à la cascade des tufs, sur la commune des Planches près Arbois, dans le Jura. Cette cascade, alimentée par la Cuisance, est magnifique et la rivière en amont et en aval l’est tout autant. Si vous avez l’occasion de venir dans le Jura, ne manquez pas ce site, très facile d’accès, en évitant l’été ou le débit de la cascade des planches est au plus bas.

Le filé d'eau, une histoire de temps de pose.

Enfonçons une porte ouverte : l'eau d'une rivière bouge, à fortiori lorsqu'elle tombe d'une cascade ! Il s'agit certes d'une évidence, mais si cette eau était parfaitement immobile, il ne serait pas possible d'en faire une photo filée. Essayez-donc de faire un filé de glaçon posé sur une table !

Ce mouvement et le fait de le capturer grâce à notre appareil fait appel à une notion fondamentale en photographie : la durée d’exposition.

Cette durée, contrôlée par l'obturateur, s'étend pour la plupart des appareils de 30 secondes à 1/4000 ou 1/8000 ème de seconde pour les boitiers les plus performants.

Une vitesse de 1/2000 ou 1/4000 ème de seconde correspond à une durée d'exposition très courte, capable de figer les mouvements les plus rapides.

A l'inverse, une vitesse de 15 secondes ou même de 1/30ème de seconde est considérée comme lente pour la plupart des sujets dont celui qui nous intéresse.

Alors comment obtenir cet effet de mouvement d'eau ? Tout simplement en choisissant une vitesse d'obturation suffisamment lente pour que l'eau mouvante apparaisse floue et non figée.

Simple n'est ce pas ? Maintenant passons à la pratique !

Sur le terrain, au bord de la rivière.

Tuffières sur la Cuissance en pose longue. Filtre gris neutre et polarisant, 5 secondes d'exposition.
Tuffières sur la Cuissance en pose longue. Filtre gris neutre et polarisant, 5 secondes d'exposition.

Vous voici au bord de votre rivière. Vous l'avez repérée il y a déjà quelques temps, quelques cailloux moussus dépassent de la surface, son cours est une succession de rapides et de zones calmes, des truites se cachent entre les roches et surtout il y a cette belle cascade en fond.

Problème : quoi que vous fassiez vous n'arrivez pas à atteindre une vitesse plus lente que 1/30ème de seconde. Le diaphragme est pourtant fermé au maximum et les isos sont au plus bas.

Que faire ? Attendre que la lumière décline ? Mais sans lumière cette photo sera moins belle...

Il existe une solution et celle-ci se nomme « filtre gris neutre » !

Point info ! Le filtre gris neutre.

Il s'agit d'un filtre vissant ou carré d'un gris plus ou moins dense ne laissant passer que la quantité de lumière prévue. La perte de lumière va de un diaphragme (deux fois moins de lumière atteint le capteur) à dix diaphragmes (mille fois moins de lumière atteint le capteur). 

Il permet donc d’atteindre facilement des durées d’exposition très longues sans fermer complètement le diaphragme, évitant la diffraction qui dégrade la netteté de l’image. 

La dénomination de ces filtres changent entre les fabricants. J’en possède deux, un B+W et un Hoya Pro.

Le premier est assez bavard et m’indique « ND 3,0 », son classement parmi les filtres gris neutres du fabricant, « 10 BL », la perte de 10 diaphragmes et « 1000 X », le passage de mille fois moins de lumière. 

Le second se contente d’un « NDX64 » qui ne m’apporte pas d’information sur la quantité de lumière filtrée. 

Avant de choisir un filtre consultez la documentation technique du fabricant, la quantité de lumière filtrée y est spécifiée.

La Cuisance aux couleurs d'automne. Pose longue et filtre polarisant.
La Cuisance aux couleurs d'automne. Pose longue et filtre polarisant.

Vous voici de retour au bord de l'eau armé de votre filtre gris neutre. Si celui-ci obscurci trop la visée, pensez à composer votre photo et à faire la mise au point AVANT de visser le filtre, ensuite vous ne verrez plus rien !

Normalement, votre vitesse a considérablement diminué. Elle n’est bien sur pas figée, il est toujours possible de la modifier à l’aide du diaphragme et de la sensibilité.

Mais justement, quelle vitesse utiliser ? La question se pose car l’effet obtenu n’est pas du tout le même avec une exposition d’une demi-seconde ou de 30 secondes.

Pour faciliter la comparaison voici une série de photo au cadrage identique mais prises avec des vitesses différentes.

Filé et vitesse d'obturation
Filé et vitesse d'obturation
Filé et vitesse d'obturation
Filé et vitesse d'obturation

Sur cette série l’eau est floue sur toutes les photos mais pas de la même manière. Les vitesses de 1/320 et 1/100 ème de seconde sont la pour l’exemple. Je trouve que l’effet devient intéressant à partir de 1/30 ème de seconde. A vous ensuite de trouver la bonne vitesse en fonction de la vitesse et de l’effet recherché !

Eliminons les reflets !!

Vous avez peut-être remarqué que le fond de l’eau est très visible sur les deux premières photos et que les reflets dans l’eau sont peu présents ? Si oui, c’est bien, si non, regardez mieux ;)

Cela est du à la très grande transparence de l’eau de la Cuisance et à l’utilisation d’un filtre polarisant !

Pose longue, comparaison avec et sans filtre polarisant !
Pose longue, comparaison avec et sans filtre polarisant !

Pour faciliter la comparaison, voici une photo de la cascade des planches prise avec puis filtre polarisant.

Les deux fichiers ont reçu exactement le même traitement. La photo de gauche présente des teintes plus chaudes, plus saturées que celle de droite et beaucoup moins de reflets (sur l’eau et sur la roche).

Point info : le filtre polarisant !

Le filtre polarisant est constitué de deux parties. L’une, fixe, sert à viser le filtre devant l’objectif et la seconde, mobile, sert à doser l’effet du filtre.

Ce filtre empêche certains rayons lumineux  d’atteindre le capteur, ceux provenant des reflets. D’un seul coup il est possible de voir sous l’eau !!

Utilisé en position neutre, le filtre n’a pas d’effet. Lorsque son effet est au maximum il entraine une perte de lumière d’environ un diaphragme et demi (puisqu’il bloque une partie des rayons lumineux).

Comme pour le filtre gris neutre, l’effet du filtre polarisant est à régler en fonction de chaque photo, il n’existe pas de réglage parfait passe-partout.

Varier les images et expérimenter.

Une fois ces deux filtres maitrisés vous avez tout ce qu’il faut pour réussir de belles photos de filés d’eau. L’effet « eau floue » ne se suffit bien sur pas à lui même ! Les règles de compositions restent les mêmes que pour toutes photos de paysage.

Amusez-vous bien !!

Cascades des tufs, pose longue, filtre polarisant, 3 secondes d'exposition.
Cascades des tufs, pose longue, filtre polarisant, 3 secondes d'exposition.