Deux mois avec le Sony FE 24-70 f2,8 G Master et l'Alpha 7. / by Clément Blin

Me voici en possession du nouveau FE 24-70 F2,8 G Master pour les séries A7 et A9 ! 

Le FE 24-70 F2,8 G Master ne craint ni la pluie ni la neige !

Prise en mains, construction, fonctionnement... 

136mm de long sur 87,6mm de diamètre pour un poids de 886g ; cet objectif n'est ni petit ni léger ni spécialement discret mais c'est le prix de l'ouverture F2,8 sur toute la plage de focale. La construction est excellente, l’objectif inspire confiance et solidité ! L'aspect extérieur est moins métallique que sur mon 24mm f2 Zeiss (l'article sur cet objectif ici) pour monture A, laissant place à un revêtement légèrement granité. J'y trouve deux avantages : le 24-70 GM est moins glissant et moins sensible à la température ambiante (toucher du métal gelé n'est pas très agréable...)

La bague de zoom est fluide et ferme. Elle est équipée d’un petit loquet de verrouillage pour bloquer l’objectif en position 24mm, évitant ainsi qu’il ne s’allonge tout seul. Après plusieurs randonnées en portant l’appareil en bandoulière, ça ne m’est jamais arrivé. À vérifier dans quelques années peut-être ?

  A droite, le loquet de verrouillage en position 24mm. Il ne fonctionne pas aux autres focales.

A droite, le loquet de verrouillage en position 24mm. Il ne fonctionne pas aux autres focales.

L’avant du 24-70 s’allonge donc à mesure que la focale augmente. N’étant pas habitué à cela (mes anciens nikon 24-70 et minolta 28-70 ne s’allongeaient que très peu), je craignais un peu de jeu à ce niveau…craintes injustifiées, rien ne bouge !

La bague de mise au point est fluide et agréable mais (parce qu’il y a bien un mais !) elle n’actionne pas directement la mécanique de l’objectif. Tourner la bague actionne le moteur qui à son tour fait bouger les lentilles. 

Conséquence : un très très léger décalage entre l’action sur la bague et le changement de mise au point. Pour ma pratique du paysage, c’est sans importance. De plus elle ne présente pas de butée à l’infini et à la distance minimale de mise point, la bague tourne à l’infini.

Par rapport à mes objectifs en monture A, ce sont des changements auxquels je me suis très vite habitué.

Sur la gauche du fût se trouve un bouton servant à figer la mise au point, utile pour recomposer sa photo sans perdre le point par exemple. Sur mon Alpha 7 première génération, je ne peux pas lui assigner une autre fonction mais apparemment cela est possible sur les générations suivantes.

  Le bouton de verrouillage de la mise au point, sous le sigle "G" rouge-orangé représentatif de la gamme.

Le bouton de verrouillage de la mise au point, sous le sigle "G" rouge-orangé représentatif de la gamme.

Dernier petit détail pratique : le pare-soleil se verrouille automatiquement ce qui devrait éviter qu'il ne tombe accidentellement (c'est agaçant quand ça arrive...). Il faut donc appuyer sur le petit levier pour l'enlever.

  (Dé)verrouillage du pare-soleil par une pression sur le bouton à droite.

(Dé)verrouillage du pare-soleil par une pression sur le bouton à droite.

Enfin, je trouve qu’il manque à cet objectif une échelle de distances. Elle s'affiche sur l'écran ou dans le viseur lorsque l'on actionne la bague de mise au point mais, pour moi, c'est moins pratique.

D’après Sony, le 24-70 f2,8 GM est résistant à l’humidité et à la poussière. Je n’ai pas eu l’occasion de l’utiliser sous une pluie battante donc je ne me prononcerai pas là-dessus. En revanche j’ai pu l’utiliser en plein brouillard, neige et vent par -10°c et je n’ai eu aucun souci. 

 Le Crêt Miroir, 24mm, F10. 

Le Crêt Miroir, 24mm, F10. 

Enfin, monté sur un Sony A7 première génération, l’ensemble est un peu disproportionné, l’objectif paraît énorme par rapport au boitier. Je porte donc bien plus l’objectif que l’appareil !

L'Optique ! Parce que c'est quand même le plus important.

Avec 18 lentilles dont 3 asphériques, 1 extrême asphérique et 2 à faible dispersion la formule optique complexe du 24-70 G Master promet une résolution exceptionnelle et pour ma part je peux simplement dire que j’en suis très satisfait.

 Arbre givré, 70mm, F11.

Arbre givré, 70mm, F11.

En position 24mm à grande ouverture, je le trouve un petit peu moins bon sur les bords que mon 24mm f2 Zeiss qui était excellent. Zoom contre focale fixe, rien de surprenant.

En revanche, je le trouve meilleur en tout point que mon nikon 24-70 f2,8 (non VR) et bien meilleurs, surtout sur les bords et dans les angles que mon minolta 28-70 f2,8 G en matière de piqué, vignetage et aberrations chromatiques (inexistantes ou presque sur le 24-70 GM).

J’ai le sentiment de pouvoir utiliser n’importe quelle focale à n’importe quelle ouverture sans faire de compromis sur la qualité d’image et c’est bien cela l’essentiel. 

 Neige et glace, Haut-Jura, 24mm, F11.

Neige et glace, Haut-Jura, 24mm, F11.

Plutôt que de faire une série d’images à différentes focales et ouvertures, qui ne seraient pas très représentatives de mon utilisation de cet objectif, je préfère vous montrer un zoom à 100% de chacune des photos servant à illustrer cet article tout en bas de la page, parfois au centre, parfois sur les bords !

Bien sur la plupart sont prises entre F5,6 et F11 mais, quand le ciel sera un peu plus dégagé, je placerai le 24-70 GM face à la voie lactée, à pleine ouverture !

 Cascade du gour des combes, 24mm, F11, filtre polarisant.

Cascade du gour des combes, 24mm, F11, filtre polarisant.

Cadrage à la distance minimale de mise au point

Le 24-70 G Master n'est pas une optique macro mais rien n'empêche de l'utiliser à sa distance minimale de mise au point : 38cm. En pratique, la lentille frontale se trouvera à 20cm du sujet, il ne devra pas être trop craintif !

Le rapport de reproduction maximale, obtenue à 70mm est X0,24 ou 1/4 ce qui n'est pas trop mal et dépanne si l'objectif macro est resté à la maison.

Voici deux exemples, l'un à 24mm l'autre à 70mm.

 Nivéole au bord de la rivière, 24mm, F2,8.

Nivéole au bord de la rivière, 24mm, F2,8.

A f2,8, la nivéole est bien détachée de l'arrière-plan qui reste parfaitement identifiable. Le piqué est bon sans être exceptionnel. Les performances de l'objectif sont bien meilleures à des distances plus classiques. Pour ce type de photo, le 24mm f2 Zeiss permettait un grandissement plus important (mais c'est un fixe...).

 Stalactites de glace, la plus large fait 5mm de large. 70mm, F6,3.

Stalactites de glace, la plus large fait 5mm de large. 70mm, F6,3.

A 70mm le piqué est là aussi bon, surtout en fermant le diaphragme d'un ou deux crans. En dépannage, le FE 24-70 GM fait donc le travaille !

Conclusion

Voici un objectif qui ne me déçoit pas ! Très bien construit, tenant bien en main, lumineux et offrant une très bonne qualité optique sur l'ensemble du champ, le bilan est sans taches. Il faut tout de même le porter, ses 900g ne se font pas oubliés et il ne rentre pas dans une poche, même très grande. Dans l'idéal, j'aurais préféré le 24-70 f4, beaucoup moins encombrant et pesant deux fois moins lourd. Mais d'après les différents tests se trouvant sur la toile, la version F4 n'est pas à la hauteur sur les bords de l'image et en paysage, les bords sont importants !

Je porterai donc les 400g supplémentaires du 24-70 F2,8 GM, sachant que cela se retrouve sur les photos !